Vous êtes ici       Accueil EMPLOIS

LE PLEIN EMPLOI : UN ENJEU POSSIBLE

 

L'ensemble des salariés sont concernés par la précarisation de leur emploi, la perte de leur pouvoir d’achat, la dégradation de leurs conditions de travail, la perte du sens de leurs missions.

Le droit du travail français a connu ces vingt dernières années une importante mutation.

 

En effet, les deux dernières décennies ont été globalement des temps de destruction des protections juridiques applicables au travail salarié. Et ce mouvement semble appelé à se poursuivre et à s’amplifier, en tout cas, c'est le projet du gouvernement qui empile les réformes les unes sur les autres ayant pour objectif l'affaissement puis la disparitions des protections sociales.

La destruction du droit du travail est d’abord la suite d’un patient travail du gouvernement et du capitalisme.

 

De part les choix politiques, la France voit son taux de chômage augmenté. La quasi-totalité des catégories de demandeurs d’emploi ont été touchées par l’augmentation du mois d’août, y compris les jeunes (+0,3 %) n’ayant pas du tout travaillé.

 

En pleine réforme des retraites, le nombre des seniors inscrits au chômage a continué à augmenter de 1 %, alors qu’il leur est plus difficile qu’aux plus jeunes de retrouver un emploi. En un an, la hausse des inscrits de plus de 50 ans a dépassé 16,5 %.

 

 

CE QUE REVENDIQUE LA CGT


Seul un emploi stable et bien rémunéré conditionne une croissance durable. Le développement de la précarité, du chômage, du sous emploi freine la consommation des ménages qui représente 2/3 des débouchés de l’activité économique.

Nombre d’économistes élèvent la voix pour dire, à l’instar de la CGT, que la politique de rigueur qui se profile risque de tuer la croissance dans l’œuf. Seule une véritable politique industrielle et de revalorisation du travail serait de nature à relancer l’emploi.

 

Sans attendre, il est nécessaire de supprimer la disposition relative aux heures supplémentaires défiscalisées (en forte hausse en septembre ), inscrite dans la loi Tepa, qui joue objectivement contre l’emploi. Et de réorienter les nombreuses aides publiques versées aux entreprises, qui ne constituent aujourd’hui qu’un effet d’aubaine. Seule la mobilisation permettra de peser sur les choix du gouvernement.

 

Nous sommes tous concernés

  • Parce que la première revendication c’est un emploi stable, choisi et correctement rémunéré.
  • Parce que le plein emploi est une des conditions du financement de la retraite par répartition.
  • Parce que 1 million d’emploi en plus, c’est 5 milliards de cotisations supplémentaires pour la protection sociale.
  • Parce que l’allongement de la durée du départ en retraite à 67 ans à taux plein va avoir des conséquences importantes sur le montant des retraites mais aussi sur les caisses de l’UNEDIC.
  • Parce que les licenciements s’effectuent en moyenne à 57 ans, que 36 mois d’indemnisation amènent à 60 ans.....
Tout confirme qu’il faut une autre politique pour le plein emploi, élément incontournable notamment pour le financement de la protection sociale, et donc des retraites.

FICHE 5: LE CHOIX DU PLEIN EMPLOI SOLIDAIRE

FICHE 6: NOUVEAU STATUT DU TRAVAIL

FICHE 7: GARANTIE DE L'EMPLOI

 



Mentions Légales - Contact - Conception Réalisation - Plan du site
Visite : mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter